Ville de Carhaix

Actualités archivées

Le Cercle celtique d'Ahès lance un appel aux dons

Anne Dorval et Fanny Lautrou<br/>

Au sein du cercle celtique d'Ahès, Anne Dorval est l'une des petites mains qui brode et coud minutieusement dans l'ombre les tenues de scène des danseuses et danseurs. Par passion, mais aussi pour transmettre et préserver.

"La broderie de costumes traditionnels est une valeur de notre patrimoine qui a tendance à se perdre. Si je peux éviter que ça disparaisse trop vite, c'est pas plus mal."
Anne Dorval s'est piquée de passion pour la broderie il y a plus d'une dizaine d'années. "Ma fille était au cercle, il a fallu l'habiller. J'ai vu qu'il existait des cours de broderie à Châteauneuf et de fil en aiguille..."

Atelier broderie

Avec Yvonne Lautrou et quelques mamans du cercle, Anne Dorval répare les costumes quand il le faut, habille les enfants, conçoit de nouveaux costumes d'après les modèles d'époque. Et depuis cinq ans, elle s'occupe de l'atelier broderie du samedi pour sensibiliser les plus jeunes à la valeur des costumes.
Au local du cercle, elle est tout à son affaire parmi les dizaines de costumes 1900, de costumes 1850 réalisés d'après les gravures du peintre Lalaisse. Sans compter les costumes 1930-1950, "les plus perlés et les plus brodés!" Certains ont bien traversé le temps, précieusement conservés par leurs propriétaires.

"Le costume, on le portait toute une vie !"

"À l'époque, le costume qu'on achetait, on le portait toute une vie, à toutes les grandes occasions ! Il y avait des astuces pour l'élargir ou le rétrécir suivant les modifications de son corps. On se le prêtait au sein d'une même famille."
Et chaque détail avait sa signification, suivant le coin d'où l'on venait. "On pouvait rajouter une fleur sur la coiffe quand on se mariait". "Plus on était riche et plus le perlage montait haut sur la manche", renchérit Fanny Lautrou, présidente du cercle.
Encore aujourd'hui, réaliser un tel costume pour une danseuse est un investissement. "Rien qu'en matières premières, entre les perles et le velours noir, on arrive bien à 500 € pour un costume." Sans compter le travail de broderie.
Il y a une dizaine d'années, le cercle avait entrepris de faire six costumes de femmes, "avec perlage et broderie sur les tabliers, jupes et manches des camisoles." 18 personnes avaient dû travailler en équipe.
 

Un appel au don du cercle celtique


Pour pouvoir transmettre et inventer de nouveaux points, Anne Dorval avoue se replonger souvent dans le travail de ces prédécesseurs.
"Des personnes, dont la famille d'Albert Trévidic, le fondateur du cercle, nous ont fait don de costumes ou parties de costumes. C'est très important, ce sont nos modèles."
Le cercle celtique lance ainsi un appel "à toute personne possédant des costumes, coiffes ou chapeaux dans son grenier, au moins pour que nous puissions les conseiller pour leur conservation, voire même pour nous les donner. Ces costumes font partie du patrimoine."
 
Contact : Fanny Lautrou
au 06 77 77 69 10 ou
secretariatcercleahes@gmail.com

Retourner à la liste

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information