Ville de Carhaix

Actualités archivées

Festival du Livre en Bretange : le Prix du roman de la Ville de Carhaix attribué à Daniel Cario

Le Prix du roman de la Ville de Carhaix a été créé en 1999 et récompense chaque année un roman dont l'auteur est breton ou bien réside dans l'un des cinq départements bretons. Ce prix est doté d'une somme de 1 500 € remis dans le cadre du Festival du livre en Bretagne.

Comme chaque année, des élèves du lycée Paul Sérusier et Diwan de Carhaix animeront un café littéraire avec le lauréat, ouvert au public, le 17 octobre à partir de 19h à la médiathèque. La rencontre sera retransmise en direct sur Radio Kreiz Breizh.

Le prix sera remis par la Ville de Carhaix samedi 29 octobre à 17h dans le cadre du Festival du Livre.

Le lauréat 2016 est Daniel Cario
pour son roman "Les chemins creux de Saint-Fiacre"
(2016, éditions Presse de la Cité)

 

Éléments biographiques

Daniel Cario est né en 1948 au Faouët, dans le Morbihan, en plein Centre-Bretagne. Après des études au lycée de Lorient, il est devenu instituteur puis professeur de lettres modernes au collège.

Pendant plusieurs années, il a été responsable du secteur formation de la Ligue française de l'enseignement du Morbihan. Il s'est alors intéressé tout particulièremeent aux cultures populaires d'essence traditionnelle, et notamment à la danse et à la musique. Il a tout d'abord écrit des ouvrages techniques : "Du terroir à la scène : la tradition de danse bretonne" et "le spectacle et la danse bretonne". Puis il s'est lancé dans le roman en utilisant ses connaissances en matière de culture populaire avec deux trilogies, la première comprenant "Le sonneur des halles", "La musique en bandoulière" et "La complainte de la grive", et la seconde portant sur le monde des tailleurs-brodeurs bretons du XIXe siècle : "Le brodeur de la nuit", "Les habits de lumière" et "La parure du cygne".

Il a continué à se diversifier en écrivant des romans pour adolescents, "La guerre des Trotte-menu" et "Coup d'État chez les Trotte-menu", mais aussi des romans noirs et des policiers dont "Au grnier", Prix du roman Produit en Bretagne 2015. "Les chemins creux de Saint-Fiacre" est sont septième roman aux Presses de la Cité.

 

Résumé de la 4ème de couverture

Apre et tendre, l'enfance d'Auguste, émaillée de souvenirs dans un village du Morbihan.

C'est l'enfance d'un malaimé, d'un petit garçon sans père connu, éduqué à la dure par sa mère et sa grand-mère, et qui doit veiller sur son cadet. Alors, dans les chemins creux de Saint-Fiacre, Auguste, 7 ans, conquiert son espace de liberté, découvre la vie au contact de la nature et recueille des animaux blessés... C'est non loin également qu'il fait deux rencontres décisives, l'une avec le vieux Daoudal, guérisseur mis au ban du village, et l'autre avec la petite Lise qui va le toucher en plein coeur.

Ce qu'en pense le jury

"Une récompense justifiée pour un auteur breton confirmé. Né en 1948 au Faouët, Daniel Cario, professeur de Lettres à Lorient, fut responsable du secteur formation de la Ligue française de l'enseignement du Morbihan. Ses recherches, ses activités ont fait de lui un spécialiste des cultures traditionnelles : "Du terroir à la scène" (War'l Leur 1998) ou "La danse bretonne" (Coop Breizh, 1999) en portent témoignage. Ses connaissances ethnologiques, son ancrage familial et personnel au Faouët, sa réfléxion sur l'homme et l'évolution des sociétés ont nourri et conforté son art romanesque, des "Habits de lumière" à "La maison des frères Conan", du "Sonneur des halles" à "Petite Korig", en passant par "Les coiffes rouges", et sans oublier le thriller : "Au grenier" ou "L'ombre de Claude"...

"Le roman primé cette année par le jury de Carhaix, "Les chemins creux de Saint-Fiacre", reprend certains grands thèmes de Daniel Cario : l'enfance confrontée au pouvoir des adultes, parents ou éducateurs, la différence, la découvert des pesanteurs sociales qui contreviennent au désir de liberté, l'aspiration au bonheur percutée par la méchanceté, la maladie, la pauvreté, la mort. Mais dans le malheur brillent des parcelles de bonheur, dans la solitude surgit une présence inattendue et salutaire. En 1932, naît à Saint-Fiacre Auguste, enfant bâtard, situation que ne lui pardonneront ni sa mère ni sa grand-mère. Livré à lui-même, il fait corps avec la nature, bois et prés, animaux sauvages et domestiques. Mal aimé de tous, le garnement se trouve un ami et comme un père en la personne de Daoudal, rebouteux et prétendu sorcier, rejeté de tous d'autaut plus que supersticieusement. Mis à l'école des Frères, Auguste sera plutôt un bon élève mais trop libre, voire insoumis. "Skolig al louarn", l'école du renard serait plus captivante, d'autant que Daoudal en est l'instituteur... sur fon de gamineries anodines mais peu tolérées, on suit Auguste dans les chemins creux de Saint-Fiacre qui pour n'être pas un paradis n'était pas un enfer. Le bref passage de la jeune réfugiée, Lise Darcourt, marquera à vie Auguste. La guerre avive les passions, dénudes les âmes noires et jette Saint-Fiacre dans une tourmente dont l'Occupation est plus un symptôme qu'une cause.

"Profondéement ancré dans la Bretagne Réelle, le roman de Daniel Cario échappe à tout régionalismen et aux conventions du genre. le romancier fouille la réalité humaine et fait aborder son lecteur aux chemins creux et clairs-obscurs de la vie."

Yannick Pelletier,
membre du jury du Prix du romanc de la Ville de Carhaix

Retourner à la liste

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information