Ville de Carhaix

Actualités archivées

Le Bagad et le Cercle fêtent leurs 70 ans ce samedi 14 octobre

Fondé en 1947, le Bagad Karaez ou plutôt la Kevrenn est l'un des deux plus vieux bagadoù bretons, si ce n'est le plus vieux. « Un doute persiste avec celui de Saint-Marc créé lui aussi cette année là, mais il semble que le nôtre coiffe le brestois au poteau », avoue Yann Péron, penn sonneur carhaisien.

« C'était osé ce qu'a fait Polig Monjarret à l'époque en créant le Bagad à Carhaix, car la musique traditionnelle était sur le déclin, il y avait de moins en moins de musiciens. » La même année, Albert Trévidic, qui a aussi joué au sein de la Kevrenn, fonde le cercle celtique d'Ahès. Les deux groupes ont une histoire bien distincte mais proche.

Au départ, le Bagad s'appelle la Kevrenn des cheminots car il est presqu'exclusivement composé de cheminots et fils de cheminots. « Les répétitions avaient lieu dans les wagons et ateliers, ainsi que le long des rails ». Carhaix gagne deux fois le concours des bagadoù à Quimper en 1948 et 1949. De quoi voir la vie en bleu, le bleu des costumes des musiciens qui fait penser au costume vannetais de meunier. « C'est parce que Polig Monjarret est arrivé, un jour, à la Kevrenn avec un costume de meunier pour modèle. »

« Le fait d'être cheminot était important. La carte de cheminot leur permettait de voyager gratuitement par le train pour les déplacements du groupe. » Jersey, Nancy, Nîmes, Chamberry... le Bagad a vu du pays ! « Un article de presse de 1953 comptabilise une centaine de sorties et 30 000 km de déplacement. Le groupe était vraiment actif. » Mais pour ces déplacements gratuits, la Kevrenn a dû choisir de s'affilier, au détriment de Sonerion, à l'UAICF, fédération de groupes traditionnels créée par la SCNF pour promouvoir les régions.

« Lors de ces déplacements, ils se sont vite rendus compte que les autres groupes se produisaient avec des danseurs. Les femmes des cheminots sont donc entrées dans la danse pour accompagner la Kevrenn. » De son côté, le Cercle est accompagné par des musiciens de prestige, tels Per Guillou ou même les Soeurs Goadec.

1967 marque un coup d'arrêt. « Pierrot Lostanlen, un ancien du Bagad aujourd'hui installé à Quimperlé m'a raconté cette fin qu'on ne comprenait pas ». Un récit marqué par les larmes de l'ancien. « Chaque année, la Kevrenn participait à la fête de la Sainte Catherine, place du Champ de Foire. En 1967, le Réseau breton a arrêté ses activités. Alors par solidarité avec les cheminots déplacés ou qui avaient perdu leur emploi, les musiciens ont décidé, à l'issue de la fête, de dissoudre la Kevrenn. Un pied de nez final ! Ça s'est fini comme ça. »

Il faut attendre 1993 et la volonté de l'équipe municipale, ainsi que de Marcel Ropars et Guy Plusquellec pour que le Bagad renaisse. Un Bagad qui, depuis, ne manque pas de souffle, tutoyant même la première catégorie à plusieurs reprises. Tout comme le cercle, qui, en parallèle atteignait la seconde catégorie. Une double fierté pour la ville. Et la partition a encore de beaux jours devant elle.

Programme du samedi 14 octobre :

> 10h30 : prestation du bagad et du cercle sur la place du marché
> 11h : défilé jusqu'à la place Jean Rohou

> 11h30 : prestation devant la Loco Mallet, place Jean Rohou. Le bagad interprétera une ancienne marche des cheminot qui date de 1947-1948 et qui vient d'être retrouvée.

> Midi : repas des anciens du bagad et du cercle au Glenmor
> De 16h à 2h : fest deiz ha noz à l'Espace Glenmor, avec un tremplin du Kreiz Breizh disputé par quatre groupes en début de séance. Puis, des couples de chanteurs et de sonneurs se succèderont sur scène (voir programme ci-dessus)

Sur place : crêpes, buvette
Entrée : 6€ / gratuit pour les moins de 12 ans

Retourner à la liste

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information