Ville de Carhaix

Actualités archivées

Plusieurs centaine de personnes à l'inauguration des statues des Soeurs Goadec

 - Louise Ebrel, fille d'Eugénie Goadec, a ouvert l'inauguration des statues dédiées aux Soeurs Goadec, par un chant.<br/>  - Yann-Fanch Kemener lui a succédé au chant<br/>  - Avant les discours du Maire Christian Troadec et de l'artiste Annick Leroy<br/>  - Le Maire, l'artiste rennaise, la famille des Soeurs Goadec et les artistes présents ont ensuite coupé le ruban inaugural.<br/>  - Photo de famille devant les statues des Soeurs Goadec<br/>  - Une foule impressionnante pour cette cérémonie d'inauguration<br/> <br/>  - Le Cercle celtique d'Ahès était de la partie pour cette cérémonie<br/>  - Les Frères Morvan écoutés par Louise Ebrel, avec les statues des Soeurs Goadec bienveillantes juste derrière.<br/>  - Fest-noz improvisé lancé par les Frères Morvan<br/> <br/>

Samedi 12 juillet, 11h30. Une foule impressionnante est déjà rassemblée aux pieds des statues des Soeurs Goadec qui vont être inaugurées, dans le haut de la place du Champ de Foire. En plein coeur de ville. Louise Ebrel, l'une des filles d'Eugénie, ouvre la cérémonie par son chant posé, tout en retenue. Elle lance des regards complices et chargés d'émition vers les statues de sa mère et de ses tantes. Avant de tendre le micro à Yann Fañch Kemener qui entonne, à son tour, un chant revisité du répertoire des grandes dames du kan ha diskan. Après les discours de Christian Troadec, le Maire, et d'Annick Leroy,  l'artiste rennaise, les Frères Morvan ne seront pas longs à lancer un fest-noz improvisé. Suivis par le duo Brigitte Le Corre - Marie-Laurence Fustec. Dom Duff, Gwennyn, Jean-Claude Talec et Soïg Sibéril ne sont pas loins. L'hommage est, à l'image des Soeurs, populaire.

 

 

 

La Ville de Carhaix a choisi de rendre un hommage aux soeurs Goadec en commandant une sculpture figurative en bronze de près de 2m de haut (échelle 1,25) à l'artiste rennaise Annick Leroy.

En parallèle :  Travaux de réaménagement du haut de la place...

Il  a s'agit dans un premier temps de mettre en valeur les statues au sein d'un espace public repensé. La phase de réaménagement du haut de la place du Champ de Foire, avant la pose des statues des Soeurs Goadec, a démarré le 7 octobre 2013 et s'est achevée en mai 2014.
La Ville a confié aux maîtres d'oeuvre, les cabinets Archipôle et Terragone, le réaménagement de l'espace. Eiffage Énergie s'est occupée de tout ce qui est fontainerie et réseaux électriques. L'entreprise Jo Simon s'est vue confier l'aménagement paysager et la mise en place du revêtement en béton bouchardé de la place.

Ce nouvel aménagement offre également un espace de convivialité et festif en coeur de ville. Et permet de maintenir la liaison piétonne et PMR (personnes à mobilité réduite) vers la place du Champ de Foire, grâce à des allées plus larges et des pentes douces, tout en renforçant la liaison avec le carrefour du Kreiz Ker.

 

 Le coût de ce réaménagement s'élève à 166 000 € HT, financé à hauteur de 30% par la Dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR).

 

L'hommage aux Soeurs Goadec :

"L'hommage rendu aux soeurs Goadec trouve son origine au début des années 2000. Un premier concours artistique est lancé par notre municipalité, toute nouvellement élue. Malgré la qualité de certaines oeuvres, ce concours ne donne pas entièrement satisfaction. La volonté de la mairie est forte. A travers les soeurs Goadec, il s'agit bien de saluer plus gliobamenent toutes celles et tous ceux qui ont pemis à la Bretagne de relever la tête et d'être fiers de son identité, de sa langue et de sa culture", souligne Christian Troadec, dans son discours.

Originaires de Treffrin et du monde paysan, Maryvonne (1900-1983), Anastasie (1913-1998) et Eugénie Goadec (1909-18 janvier 2003) ont accompagné le renouveau des festoù-noz, relancés par Loeiz Ropars, Albert Trévidic et quelques autres militants culturels bretons dans les années 50.

À l'instar des Frères Morvan, les soeurs Goadec restent et resteront la référence du chant populaire breton et du kan ha diskan.

Animant de nombreux festoù-noz, elles ont permis à un large public de découvrir leur chant hérité d'une longue tradition familiale du Centre-Bretagne. Elles ont plusieurs fois collaboré avec le harpiste Alan Stivell.
Le trio s'était tu en 1983 avec le décès de l'aînée, Maryvonne. En 1994, Eugénie avait accepté de remonter sur scène, au début des années 90, à l'occasion de son 85e anniversaire, poussée par sa fille, Louise Ebrel, elle aussi chanteuse réputée.


"C'est au début de notre deuxième mandat, en 2008, souligne Christian Troadec, que le concours artistique pour la réalisation d'une statue des soeurs Goadec a été relancée. On ne peut oublier l'aide précieuse de Georges Meur, l'ancien maire de Châteauneuf-du-Faou, dans ce projet qui nous avait montré cette photo extraordinaire des cinq soeurs, et oui elles étaient 5 à l'origine, chantant ensemble lors d'un fest-noz à Chateauneuf. Il aurait été tellement heureux et fier d'être parmi nous aujourd'hui. Trugarez Georges !"

 

 Démarche de l'artiste : Une sculpture saisissante de vérité...

Lors de concours artistique, c'est l'oeuvre de l'artiste rennaise Annick Leroy qui a été retenue. Elle a choisi de les représenter sur scène : «La joie d'être sur scène, le plaisir de chanter et de faire danser le public... Anastasie échange un coup d'oeil malicieux avec Eugénie qui sourit en chantant, toutes deux articulent la même syllabe du diskan. Maryvonne, comme toujours, laisse éclater son sourire tout en lançant le chant. Son regard est intense. On sent des femmes de caractère. C'est un bonheur de les regarder.»

Il est vrai que le travail de sculpture est saisissant de vérité. L'artiste a capté les moindres détails des expressions des soeurs Goadec (admirez la finesse des plis de la robe, de la dentelle, leur attitude... Cela a pu être rendu possible grâce, tout d'abord au talent de l'artiste, mais aussi à un long travail de documentation. Annick Le Roy a retrouvé des films à la Cinémathèque de Bretagne ainsi qu'à l'INA, mais aussi des photos d'époque auprès des descendants des chanteuses, de la presse, sur Internet.

 

Coût de la sculpture : 

Le montant total des travaux de sculpture s'élève à 126 603 €, la Région a versé une subvention de 12 500 €.

 
Appel aux dons lancé le 29 mars 2013

"Nous avons aussi souhaité associer un large public à ce projet en lançant une souscription populaire portée par la Ville."
« Avec un don, chacun pourra se dire qu'il a contribué à la réalisation d'une oeuvre d'art qui plus est en hommage à ces célèbres chanteuses qui ont marqué l'histoire culturelle bretonne », souligne Christian Troadec.
26 donateurs ont permis de totaliser 1 445 € de dons

Origine géographique des donateurs :
14 de Carhaix
3 autres du Finistère (Gouezec, Huelgoat, Le Cloître-Saint-Thégonnec)
2  de Saint-Malo
2 région parisienne
1 près de Nantes
1 de Tours
1 de Bégard
1 Vaucluse
1 de l'Aveyron

 Arrivée des statues le 11 juin dernier...
 

Les statues des Soeurs Goadec sont arrivées le mercredi 11 juin dernier, dans la matinée à Carhaix, en présence des élus carhaisiens et de l'artiste rennaise. Les statues ont été acheminées depuis la fonderie Barthélémy Art, située à Crest dans la Drôme. Chacune des statues en bronze pèse environ 350 kg. Leur installation, par un maniement précautionneux, a duré toute la journée.

   

Jets d'eau et mélodies...

Les jets d'eau ont été installés pour améliorer encore la mise en valeur des statues. Pilotés électriquement, ils s'arrêtent automatiquement lorsqu'il y a trop de vent. Une armoire électrique située dans un espace dédié permet de les arrêter aussi manuellement.

Et l'eau des fontaines est récupérée dans un caniveau pour repartir dans les circuits.

De plus, une ingénieuse programmation musicale est réglée pour permettre de diffuser les mélodies des Soeurs Goadec quotidiennement pendant un quart d'heure, toutes les heures sonnantes,  sur une plage horaire entre 10h et 19h.

 

Les premières statues d'un Panthéon populaire des Bretonnes et des Bretons...

L'installation de cette oeuvre d'art au coeur de la ville suscite curiosité et admiration de nombreux badauds tombés sous le charme.
Elle nous donne aussi de nouvelles idées : « Tout comme la Vallée des Saints rend hommage aux saints qui ont dessiné le visage de la Bretagne, pourquoi ne pas créer un Panthéon populaire des Bretonnes  et des Bretons ? ».
La volonté de la Ville est de poursuivre cette ambitieuse politique artistique, touristique et culturelle souhaite passer commande, tous les ans, d'une oeuvre afin de la positionner ensuite au coeur de la cité.
Le but étant de raconter l'histoire de la Bretagne à travers des personnages populaires qui ont marqué la mémoire des Bretonnes et des Bretons. Ce projet vient en complément de la réalisation d'un centre archéologique virtuel qui prendra place en 2015 à Carhaix et qui narrera la période de la colonisation romaine, mais aussi l'avant et l'après, du camp des Osismes à Vorgium, puis la création de la Bretagne en complément de  la Vallée des saints à Carnoët, située à quelques minutes de Carhaix.
 

Un projet unique en Bretagne qui a aussi pour but de profiter au tourisme et au commerce centre-breton.
« Sébastien Balp et la révolte des Bonnets Rouges, celle de 1675 vous avez bien compris, pas celle des portiques.., Marion du Faouët, les héros de la Résistance en Bretagne, les grands écrivains bretons disparus et beaucoup d'autres encore sont autant de personnages qui ont marqué l'histoire et les esprits. Ils nourrissent toujours notre mémoire collective, l'âme bretonne ».
"A travers cette première réalisation, cette sculpture des soeurs Goadec, la Ville de Carhaix a tenu à rendre hommage à toutes les femmes du centre-Bretagne, à la langue bretonne et au chant populaire breton. Elle complète des oeuvres déjà implantées sur la ville comme la statue du celtisant La Tour d'Auverge ou encore le magnfique monument aux morts de la guerre 14 réalisé par l'artiste Quillivic, place de Verdun."

"Avant de conclure, permettez-moi de vous un mot plus personnel. C'est aujourd'hui, à l'heure où certains voudraient faire disparaître la Bretagne dans un grand ouest sans identité que nous devons nous serrer les coudes, résister et redire que nous sommes indéfectiblement attachés à nos racines, à ce que nous sommes, à cette fierté d'être Bretons."

"N'écoutez pas celles et ceux qui s'évertuent à tenter de vous convaincre des réalités administratives ou politiques d'un moment. La Bretagne a derrière elle son histoire. Si riche, si forte. Ne lâchons rien. Nous devons continuer à lui écrire de nouvelles pages. Pour l'avenir, pour la paix en Europe pour notre profond sentiment d'universalité. Continuons notre chemin. Les soeurs Goadec et tant d'autres veillent sur nous."

 "Bevet Breizh "

 

 

Retourner à la liste

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information