Ville de Carhaix

Actualités archivées

Maladies cardiovasculaires : le projet SPICES fait avancer la recherche

1 000 habitants du Pays COB vont participer à une grande étude réalisée simultanément dans le monde entier sur les maladies cardiovasculaires. C'est, en effet, la faculté de médecine de Brest qui a été choisie pour mener ces recherches en France. L'équipe de recherche a ensuite décidé de réaliser cette expérience en Centre Ouest Bretagne.   

Le Dr Delphine Le Goff (à gauche sur la photo) et les citoyens accompagnants.

Il y a trois raisons à cela : le territoire connaît une surmortalité sur ce type de maladies, la démographie médicale, les liens tissés depuis des années entre le pays COB et le pôle de recherche de Brest, notamment avec le professeur Jean-Yves Le Reste, directeur de la recherche SPURBO (santé publique et registre du cancer de Bretagne occidentale).

D'avril à septembre 2018, l'équipe a multiplié les dépistages (lors d'événements sportifs ou culturels, sur les marchés, etc.). 3500 personnes se sont fait dépister à cette occasion. Un accueil de la population très positif qui a permis d'atteindre rapidement le nombre nécessaire pour la poursuite de cette étude. Trois types de profil ont été déterminés (à risque faible, élevé et modéré). Les 1000 personnes qui ont été considérées comme présentant des risques modérés d'être touchées par des maladies cardiovasculaires intègrent l'étude.

Conseillés par d'autres citoyens

La moitié, soit 500 d'entre elles, sera suivie par un interne en médecine durant deux ans grâce à des entretiens individuels.

Les 500 autres participeront à des réunions collectives, animées par des citoyens-accompagnants. Cette vingtaine de volontaires a pour mission d'animer les réunions, de faciliter l'échange dans le groupe, de prodiguer les bons conseils. L'émulation de groupe faisant le reste...Les rencontres auront lieu tous les 15 jours, puis tous les mois, puis tous les 3 mois. Avec des bilans réguliers pour l'ensemble des personnes inclues dans l'étude.

« On sait tous à peu près ce qu'il faut faire pour éloigner les risques...Le plus dur, c'est de l'appliquer », sourit Jean-Pierre Hémon. L'idée de travailler en petits groupes, des petits groupes entièrement composés de citoyens et hors de solution médicamenteuse, est, à plusieurs titres, novatrice.

Sujet de thèses

Cette opération Spices-K­alon Yac'h fait d'ailleurs l'objet de nombreuses études. « Au total, on approchera de la centaine de thèses, avec des problématiques et angles différents, qui lui seront consacré », se félicite le docteur Delphine Le Goff, de l'équipe de recherche. Ce sera donc autant d'internes en médecine qui viendront sur le territoire. Peut-être aussi l'occasion pour eux d'imaginer une installation sur le long terme. « Les premières rencontres avec les habitants ont été vraiment d'excellents moments. On a rencontré des gens moteurs et très motivés. C'est un bonheur », conclut Delphine Le Goff, médecin de l'équipe Spurbo.

 

Retourner à la liste

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information