Ville de Carhaix

Actualités archivées

À Goassec'h, mise au jour d'un cairn d'exception

Un champ situé à Goassec'h abrite l'un des plus importants cairns bretons du néolithique. Une découverte majeure mise au jour pas Florian Cousseau, chercheur à l'université de Genève, et son équipe lors d'un chantier de fouilles réalisé du 29 juillet au 17 août dernier.  

Un site encore jamais fouillé

«  Si jamais nous obtenons de bons résultats, nous sommes là pour dix ans », avait prévenu Florian Cousseau. Loïc Lucas, agriculteur propriétaire du champ, n'en revient toujours pas. À Goassec'h, son champ, qu'il met à disposition une fois l'an pour servir de parking aux festivaliers des Vieilles Charrues, abrite un monument d'envergure.
Dans ce champ tout en pente, une belle butte rocailleuse surmontée d'un noble chêne centenaire attire l'oeil. « Elle fait 100 m de long sur 30 m de large et environ 1,50 m de hauteur. Nous voyons une multitude de pierres affleurer, il s'agit d'un endroit façonné par l'homme », explique le chercheur genevois d'origine française. Fin 2016, Florian Cousseau a décroché une thèse à l'Université de Rennes I sur les architectures mégalithiques bretonnes et spécialement celles du Finistère Nord. Il a travaillé sur le monument de Barnenez et celui de Landéda. Les mégalithes, il connaît, il sait les repérer. « Élodie Guézennec, animatrice des Mémoires du Kreiz Breizh, m'avait parlé de ce site alors que je préparais ma thèse. Il n'avait encore jamais été fouillé, juste une tentative dans les années 40 qui n'avait pas abouti. »

Plus grand que Barnenez

Pour le spécialiste, cette butte date du Néolithique, c'est-à-dire une période située vers - 4500 avant JC marquée par l'arrivée des premiers agriculteurs dans l'Ouest de la France et le début du mégalithisme (- 5000 à - 2500 avant JC).
Un cairn est un tumulus de terre et de pierres recouvrant les sépultures mégalithiques et comprend en général plusieurs chambres funéraires. 
De par ses dimensions, le site carhaisien est plus grand que celui de Barnenez (75 m).

« On connaît très bien ce type de monument sur le littoral breton, mais nous en avons très peu en Centre-Bretagne : un à Saint-Nicolas-du-Pelem et un autre à Saint-Thois. Mais celui de Goassec'h est l'un des plus importants pour l'Ouest de la France et de l'Europe. »

Différentes époques d'occupation

Encerclés en jaune, les emplacement des trois chambres funéraires mises au jour. 

Lors du chantier de fouilles de cet été, le chercheur et une quinzaine d'étudiants en archéologie ont ouvert deux grandes tranchées de 3 m de large sur 40 m de long.

« Nous avons mis au jour deux chambres funéraires du cairn ainsi que le début d'une autre, des portions de façades d'un cairn allongé géant et une carrière d'où on été extraites les pierres. Nous avons trouvé un vase daté de - 2500 ans qui prouve que ce cairn a été utilisé pendant environ 2 000 ans. On y déposait les morts, des personnes parmi les plus importantes de la société d'alors. Nous ne trouverons aucun ossement car le sol est trop acide en Bretagne», souligne le chercheur. 
Autre constat : « au Moyen Age, toutes les grosses pierres ont été réutilisées pour une nouvelle construction, peut-être un donjon, mais il faudra d'autres fouilles pour vérifier l'hypothèse.» Car le site conserve encore également des traces d'occupation importante à l'époque médiévale, dont un four à grains.

Poursuite des fouilles & valorisation

Florian Cousseau a déposé un projet de fouilles pluriannuelles pour 2020-2022.
Afin de conserver et de valoriser ce cairn de Goassec'h, un projet de rachat du site de 4,5 ha est à l'étude par les services de la Ville de Carhaix et de Poher communauté. Une demande de classement au titre des monuments historiques sera également à prévoir, tout comme la restauration et la valorisation de ce monument d'exception.

Cet été déjà, les visiteurs ont pu profiter de trois visites organisées par le chercheur. 350 curieux ont également participé aux 10 visites programmées par le Centre d'interprétation archéologique virtuel Vorgium lors des journées du patrimoine, en septembre dernier, preuve de l'intérêt du public pour ce type de découverte exceptionnelle.

Retourner à la liste

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information