Ville de Carhaix

Statue des Soeurs Goadec

La Ville de Carhaix a choisi de rendre hommage aux Sœurs Goadec en leur dédiant une statue. Elle fait partie d'un projet touristique et artistique plus ample qui a pour but de raconter l'histoire de la Bretagne à travers des œuvres d'art représentant des personnages populaires de Bretagne. Une sorte de panthéon des plus populaires des Bretons, la Ville de Carhaix passant commande chaque année d’une nouvelle statue.

Les sœurs Goadec, femmes issues du monde paysan, représentent le symbole de la réappropriation par les Bretons de leur langue et de leur culture. Originaires de Treffrin, Maryvonne (1900-1983), Anastasie (1913-1998) et Eugénie Goadec (1909-2003) ont accompagné le renouveau des festoù-noz relancés par Loeiz Ropars, Albert Trévidic et quelques autres militants culturels bretons dans les années 50.

À l’instar des Frères Morvan, les Sœurs Goadec restent et resteront la référence du chant populaire breton et du kan ha diskan (« chant contre-chant »). C'est dans les années 1970, dans le sillage de l'artiste Alan Stivell, que le public découvre ces trois paysannes de Treffrin, à deux pas de Carhaix, chantant en langue bretonne et en coiffe, avec un timbre venu d'ailleurs. On trouvait en elles une authenticité incontestable et un talent évident. Pour tous, ce fut le choc de la réalité d'une culture populaire au sens le plus simple, c'est-à-dire créée par des gens du peuple pour eux-mêmes.

« À travers elles, la Ville de Carhaix a tenu à rendre hommage à toutes les femmes du centre-Bretagne, à la langue bretonne et au chant populaire breton », souligne Christian Troadec, Maire de Carhaix.
Animant de nombreux festoù-noz, elles ont permis à un large public de découvrir leur chant hérité d’une longue tradition familiale du Centre-Bretagne.
Le trio s’était tu en 1983 avec le décès de l’aînée, Maryvonne.

En 1994, Eugénie avait accepté de remonter sur scène à l’occasion de son 85e anniversaire, poussée par sa fille Louise Ebrel, elle aussi chanteuse réputée.

Inaugurée le 12 juillet 2014

Pour la réalisation de cette œuvre figurative en bronze d’environ 2m de hauteur, il a été choisi de faire appel à l’artiste Annick Leroy, sculptrice basée à Rennes. L’artiste a tenu à représenter les Sœurs sur scène : «  La joie d’être sur scène, le plaisir de chanter et de faire danser le public… Anastasie échange un coup d’œil malicieux avec Eugénie qui sourit en chantant, toutes deux articulent la même syllabe du diskan. Maryvonne, comme toujours, laisse éclater son sourire tout en lançant le chant. Son regard est intense. On sent des femmes de caractère. C’est un bonheur de les regarder. »

 Les statues des Soeurs Goadec sont arrivées le mercredi 11 juin 2014, dans la matinée, dans le haut de la place du Champ de Foire à Carhaix. Les statues ont été acheminées depuis la fonderie Barthélémy Art, située à Crest dans la Drôme. Chacune des statues en bronze pèse environ 350 kg. Leur installation, par un maniement précautionneux, a duré toute la journée. Des centaines de personnes ont pris part à l’inauguration de cette œuvre, dont de nombreux artistes bretons, les Frères Morvan en tête, animant un mini fest-noz improvisé aux pieds de la statue des Soeurs.

Grâce à un ingénieux système audio, cet hommage à Eugénie, Tanon (Maryvonne) et Tasie (Anastasie), de gauche à droite, permet également d'écouter, toutes les heures sonnantes, leur chant pendant 15 minutes. Tendez l'oreille et entrez dans la danse...

 

 

 

 


Stivell - Soeurs Goadec par Loarwenn24

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information